J’aime, j’aime pas…

oeil-patron2J’aime les visionnaires, Umberto Eco, le Moyen-Age, Nietzsche, les champignons, les philosophes, voyager, penser à l’amour, le vin, mon intimité, être seul, être libre, le désordre, les ambassadeurs, la poussière, l’utopie, le rêve, les femmes les vieilles boites et d’une façon générales les choses qui ont vécue, la poussière, l’utopie, le rêve, les femmes.

Je n’aime pas les rails qui nous obligent à aller tout droit, les maisons trop propres, vivre avec quelqu’un, la crème, les ‘Critiques’, les objets en plastique et les politiciens. Je n’aime pas quand la vendeuse de pain me rende la monnaie en disant “Merci Môssieur” avec un sourire hypocrite. Je n’aime pas être aimé, l’amour détruit. En revanche, j’aime bien l’idée de “l’avant”, vivre le désir avant l’acte charnel. Il y a une phrase de Georges Clemenceau qui dit « Le meilleur moment de l’amour, c’est quand on monte l’escalier ».

La mort
Je me suis fait à cette idée, je la perçoit plus légèrement en me disant que c’est comme un déménagement…sans emporter ses meubles. Je voudrais avoir la sagesse des éléphants et quand mon heure viendra être capable de me laisser mourir.

La politique
Je n’ai pas confiance en la politique. Les politiciens sont toujours plus forts pour parler de guerre que d’amour. Ils détruisent tout. Il n’y a qu’à voir le peu d’intérêt qu’ils portent à la culture et la création artistique dans les écoles. Les politiciens ont “la malice” et avec leur jargon ils embobinent les gens.

Des mots
J’aime certains mots qui font du bien à dire comme ouistiti  qui me fait rire, j’aime cazzo, c’est pas très poli mais c’est un mot généreux qui rempli la bouche.

Homme ou femme ?
J’aime les femmes, j’aime les peindre et je les préfère de loin au paysages. Peindre un paysage c’est du repos en quelque sorte mais je n’y trouve pas de passion, ils sont beaux en l’instant. Peindre des femmes c’est du bonheur, elles sont belles en l’instant et après, sur la toile. Je ne peint pas de corps d’hommes nus, je n’aime pas leur présence dans mon atelier et je préfère de loin…et de près le corps des femmes. De demi-loin et de demi-près ! Je suis ébloui par cette incroyable machinerie que représente leur corps, capable de donner la vie, ça me bouleverse.

Un autre monde
Si j’étais un animal ce serait un compromis entre la sagesse d’une tortue et la rapidité d’un guépard; J’ai une grande tendresse pour les vers de terre, je les trouve d’une grande bonté. et si j’étais un fruit je crois que ce serait une pastèque, avec des pépins !

La célébrité
Je crois qu’elle est difficile à vivre même si elle est plaisante. L’anonymat a de bons côtés : on peut aller tranquillement à la pêche !
Si j’avais pu choisir, j’aurais aimé naître et vivre comme un ours, dans une grotte. Là on est tranquille et serein.

La main à la pâte
J’adore cuisiner, j’aime préparer les pâtes et mes préférées sont les plus simples : Spaghettini à l’ail, huile d’olive et piment, le tout accompagné d’un bon vin.

Et Dieu dans tout ça ?
J’aime Dieu… si il est là. J’ai été élevé dans des écoles religieuses et on ne voyait même pas sous la jupe des soeurs !

Une musique pour créer ?
Oui, mais sans parole, seulement des sensations, des émotions profondes…